Dimensions et cultures du Bouddhisme

Connaissances et partages concernant le bouddhisme et ses dimensions (spiritualité, histoire, géographie, arts, architecture, langues...).
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Transformer les émotions négatives 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En Quête
Admin
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 42
Localisation : Nanterre

MessageSujet: Transformer les émotions négatives 2   Dim 14 Fév - 21:46

Ce soir j'ai été pris d'une profonde crise de tristesse, de douleur, de désespoir, de chagrin morbide même. Au hasard d'un sketch à la radio, pourtant comique en principe, un mot, une phrase, m'a rappelé les premiers jours de la semaine passée ou j'ai vécu des choses très difficiles professionnellement. Vous savez un peu comme un choc post-traumatique. Un éléments au hasard, imprévisible, vous remémore l'épisode passé ou vous avez souffert et vous avez l'impression de le revivre.

J'étais donc empêtré dans cette douleur profonde et sourde, elle voilait de chagrin et de désespoir les minutes qui passaient. Je faisais des effort pour me rappeler quelle méthodes appliquer pour m'en sortir : être ici, maintenant, me décentré pour ne pas m'apitoyer, relativiser quand à la souffrance bien plus grande d'autre personnes actuellement dans le monde, rien n'y faisait.

Puis j'ai commencé a essayé de suivre d'autres types de conseils donnés notamment par un homme que je respecte de plus en plus, Maître Tich Nhat Hanh. Il parle du fait d'embrasser ses émotions quand on les ressent, pour commencer, non les refouler, les nier, mais les embrasser, comme la colère par exemple. Par là il veut dire accepter leur présence leur existence à ce moment précis en nous.

J'ai alors commencé dans ma tête à traiter ma souffrance non en la rejetant mais avec bienveillance, j'ai commencé à lui parler non comme à un ennemi dont je ne voulais pas et que je devais combattre mais comme faisant parti de moi. Cette souffrance n'était pas malveillante au sens stricte, elle ne demandait pas d'exister, elle faisait partie de moi en cet instant sans l'avoir demandé et c'était juste un partie de moi qui essayait de m'alerter de quelque chose, non pour me nuire, mais parce qu'au fond de moi je ne peux qu'être bienveillant vis à vis de moi même.


On ne peut que vouloir son propre bien, on désir le bonheur au fond de soi, tout ce qui est en nous à chaque instant désir le bonheur, même les émotions négatives sont des tentatives maladroites pour essayer, d'une mauvaise manière, d'atteindre le bonheur, mais ce sont des tentatives toujours bienveillantes de nous même vis à vis de nous même. Elles sont juste inadéquat. Inapproprié pour le but à atteindre.

J'ai donc parler à ma souffrance , je lui ai dis : je sais que tu es là, je t'ai remarqué, n'est pas peur, je t'entends, et je sais que tu ne me veux pas de mal, tu cherches à me protéger de quelque chose, j'en suis sûre, tu me veux du bien à ta façon. Mais tu t'y prends mal. Tu ne m'aides pas là. Voyons un peu ce que tu cherches à faire en faite, je vais te regarder en face, t'écouter, vraiment, voir ce que tu essais de me dire et non pas te rejeter mais te sourire, accueillir ta tentative inapproprié de m'aider avec douceur et compréhension.

J'ai identifié l'émotion négative : qui es tu ? Désespoir. Que cherches tu as faire ? Tu as été une fois de plus déçu par quelqu'un, tu espérais quelque chose, et tu as été déçu, donc moi désespoir, je cherche à te protéger de toute nouvelle déception, si tu reste désespéré tu ne seras plus déçu non ? Oui, je comprends ce que tu cherche à faire. Je comprends que tu veux bien faire, que tu crois bien faire, faire mon bien, me protéger, mais cela ne marche pas, tu veux m'aider mais tu me fais souffrir, tu comprends ?

Déjà la souffrance à diminué d'un cran.

C'était le moment de coucher notre fils et c'était à mon tour ce soir de raconter l'histoire post-dodo. Cela a brièvement détourné mes pensées de ma souffrance. Donc j'ai pu un peu me décentrer. Penser à quelqu'un d'autre. J'ai fait un câlin à mon fils. Cela m'a permis aussi de m'aider.


J'ai du alors avoir acquis sans doute assez d'énergie pour m'arracher un peu à ma douleur ego centrée, car alors me sont apparues des solutions que je connaissais mais n'avaient pas encore réussi a rappeler dans ma mémoire. C'est ça le principe de désespoir, de la dépression, vous avez la fausse impression que cela va toujours durer. Ce qui pousse certaines personne à se tuer. Elles ont l'illusion que la souffrance insupportable qu'elles ressentent ne cessera jamais et pour elle se tuer semble la seule option pour y mettre fin. C'est une vue erronée, rien ne dure.

J'ai alors repensé donc, mobilisé, 2 choses que je connaissais, un passage d'un livre de Tich Nhat Hanh ou il raconte la vie du Bouddha et ou un ascète demande au Bouddha comment se libérer des sentiments douloureux, et j'ai relu ce passage. Et j'ai aussi repensé à ce qu'a dit Maître Tich Nhat Hanh sur la vision profonde appliquée aux choses et aux émotions par exemple.

Avec la vision profonde selon lui on se rend compte que par exemple une fleur est exclusivement composée d'éléments non-fleur quand on y pense : de l'eau, de la terre, de la lumière, etc, ce sont tous ces éléments assemblés qui font une « fleur » mais la fleur en tant qu'entité distincte, séparée du reste, n'existe pas. « Fleur » n'est qu'un concept « vide » d'existence propre individuelle et autonome. Retiré un seul des éléments non-fleur qui la compose et vous n'avez plus de fleur. Comprenez vous ?

Et on peut appliqué cela aussi aux émotions, aux sentiments. Dont le chagrin, par exemple, la peur, la colère, le désespoir… Donc si on regarde profondément en face, sans la nier mais en l’embrassant, son émotions négative quand elle est là, qu'on accepte son existence, et qu'on la regarde profondément, on se rend compte par exemple que le désespoir n'a aucune existence propre, il est composé d'éléments non-désespoir. Les éléments non-désespoir sont déjà bien plus agréables non ?

Prenez la peur, ce sera plus facile à comprendre je pense, par exemple la peur de perdre une personne à qui l'on tient. Cette peur est composée du fait que cette personne on l'a ici et maintenant avec soi ! Si on ne l'avait pas on aurait pas peur de la perdre non ? Il est stupide de passer à coté du fait que cette personne a qui l'on tient est là présente prêt de soi parce que l'on est hanté par l'idée de la perdre, non ?

La peur de quelque chose est composée de non-peur de cette chose.
Et comme de toute façon rien ne dure, l'émotion négative du moment aussi va passer. Ce qui la compose n'est pas durable, ne peut être durable, il suffira qu'un des éléments qui la compose ne soit plus là et elle cessera d'exister.


Ce n'est pas nier une émotion, nier un sentiment, rejeter ces émotions, les étouffer, les refouler comme certaines personnes le pensent. Ces personnes ne connaissent pas le Bouddhisme, elle croient le connaître, elles en ont une vision erronée car superficielles, basée sur une connaissance largement incomplète, donc elles tirent des conclusions et un jugement faux.

Le Bouddha dans ses 4 nobles vérités, la base de son enseignement, reconnaît l'existence de la souffrance, que la souffrance ne peut être supprimée, mais que cette souffrance est le fruit de l'ignorance, qu'il est possible non de la supprimer mais de la transformer et il propose d'expliquer comment.

Le douleur existe, la maladie, la vieillesse, la mort existent, on n'y peut rien, personne n'y peut rien, mais la souffrance qui émane de la douleur engendrée par la maladie, la vieillesse et la mort, cette souffrance elle on peut travailler dessus, non pour la réprimer mais pour la transformer.

Le Bouddha propose une méthode pratique pour maîtriser son esprit, le délivré de l'ignorance, des visions erronées, des illusions, et transformer sa façon de voir l'univers, pour enfin le voir tel qu'il est vraiment, et par cette maîtrise de son esprit, cette dissipation des illusions, accéder à la libération, donc à la paix profonde, au bonheur avec un grand B. A l’Éveil.

Et dans l’Éveil on est pas froid, on est au contraire uniquement rempli par 2 émotions qui sont les seules restantes : un amour inconditionnel et égal pour tout être et même toute les choses et une compassion sans limite pour tout être et tout chose qui pousse irrésistiblement à ne désirer qu'une seule chose : aider les autres être à atteindre cette même paix, cette même libération, ce même Bonheur.

Je voulais partager cette expérience personnelle vécue par moi ce soir, cette pratique, dans l'espoir qu'elle puisse aussi vous aider dans des circonstances similaires si vous en rencontrez.

Je n'ai aucun mérite personnel, je propose juste un exemple personnel ou j'ai mis en application l'enseignement du Bouddha et d'un de ses représentant du courant bouddhiste Zen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
zarbitude 7



Messages : 8
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: Transformer les émotions négatives 2   Lun 15 Fév - 9:29

J'ai beaucoup aimé l'histoire de la fleur et de tous les éléments "non-fleur" qui la composent.
Merci. Ca aide à décortiquer pas mal de choses dans la vie. J'essaierai de m'en servir.
Pour ce qui est de ton expérience avec l'émotion du désespoir, c'est très instructif aussi.
Un jour j'ai vécu ce genre d'expérience.
C'était à l'époque où j'avais rencontré ce que j'appelle mon ange, mon guide intérieur.
Cette partie angélique qui est en chaque être, me plaisait beaucoup.
Et puis d'un coup, j'ai rencontré son côté opposé. J'ai conscientisé que j'avais également un côté non-ange. Une autre facette constituante de chaque être.
Et c'est bien là le plus étrange, je l'ai tout de suite aimée.
Je sais que ca peut paraitre étrange car la réaction la plus courante serait de la rejeter.
Ce n'est pas ce que j'ai vécu. Je suis entrée en profonde compassion pour cette partie de moi que justement j'avais tendance à rejeter sans en avoir vraiment conscience mais à cause de l'éducation que j'avais reçue qui consiste à rejeter le "mal" pour ne conserver et développer que le "bien".
Depuis, j'accueille avec compassion tout ce qui, en moi, peut être considéré comme un travers.
Aime ton ennemi. C'est à ca que ca me fait penser.
Plus tard, en y réfléchissant, je me suis dit que si j'avais en moi toutes ces facettes, il devait y avoir une bonne raison.
Plus tard encore j'ai lu un truc qui s'y rapporte et qui disait que dans chaque chose se trouve la graine de son contraire.
Si bien que le désespoir, par exemple, comporte en lui la graine de son contraire. A nous de le faire germer.
Je ne sais pas si celui qui n'a pas encore vécu cela pourra le comprendre.
Mais s'il peut juste en "prendre de la graine", ce sera déjà pas si mal Razz


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jolindien



Messages : 23
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: Transformer les émotions négatives 2   Lun 15 Fév - 20:53

C'est l'enfant que l'on a était et qu'on garde enfermé là quelque part en nous qui souffre...
Souffre de ne pouvoir être lui
Un jour on a plus compris pourquoi on devait arrêter d'être innocent, et devoir grandir
Mais quand le bourreau côtoie l'innocent, il faudrait juste comprendre qu'il ne sont en aucun cas différents, ni séparés
c'est peut-être là l'unicité à trouver, l'unicité du soi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En Quête
Admin
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 42
Localisation : Nanterre

MessageSujet: Re: Transformer les émotions négatives 2   Lun 15 Fév - 21:26

Tich Nhat Hanh parle fréquemment des graines que l'on a en nous, que ce soi la graine du Bouddha, les graines de compassion ou de colère. Elles sont toutes là et en fonction de la manière dont on se comporte on arrose plus ou moins certaines graines.

Si il prend l'image de la fleur ce n'est pas un hasard. Le Bouddha l'a fait aussi dans un de ses enseignements. Il voulait expliquer le concept de conditionnalité et n'arrivait pas à le faire comprendre en mots, alors il a juste pris une fleur et l'a tendue à ses disciples, un seul l'a prise et à souris, lui seul avait compris, sans mots.

Le Bouddha voulait souligner la merveille que représentait cette simple fleur tant l'ensemble des conditions nécessaires à son apparition était extraordinaires. Tous les enchaînements de circonstances dans le temps et l'espace qu'il avait fallu réunir pour aboutir ici et maintenant entre les mains du Bouddha à l'existence de cette simple fleur.  C'était quelque chose de miraculeux que le Bouddha voulait faire comprendre. Et c'est valable pour tout. Absolument tout en nous et autour de nous. D'ailleurs on décrit parfois l'état d'Eveil comme un état d’émerveillement permanent devant tout, parce que l'on voit tout soudain comme extraordinairement précieux et rare tant chaque chose à nécessite un incroyable concours de circonstances pour exister. Le Bouddha lors de son Eveil aurait eu une vision totale de toutes ses vies passées, toutes les circonstances qui depuis le commencement s'étaient succédées pour aboutir à son existence ici et maintenant en tant que Siddharta. Il avait aussi la capacité de voir ceci en chaque personne. Il comprenait alors de quoi et pourquoi la personne en face de lui souffrait. Il voyait toutes les causes qui avaient abouties à la situation présente de la personne il pouvait donc trouver son "remède" immédiatement. Lui dire exactement les mots et conseils qu'il fallait.

Tich Nhat Hanh explique aussi que tous nos bonheurs, nos petits bonheurs quotidiens, sont composés d'éléments non-bonheur, si on regarde profondément, et l'inverse est aussi valable, tous nos malheurs se définissent par tout ce qui n'est pas nos bonheurs, donc on peut trouver du malheur dans le bonheur et du bonheur dans le malheur.

Le concept "d'ange" n'existe que parce qu'il existe un concept de "démon" et inversement. L'un est conditionné dans son existence même par l'autre et inversement, l'un n'existe pas sans l'autre. Si l'un des 2 disparaît l'autre n'a plus de sens.

Si l'on en reviens aux échanges sur ZC entre moi et Fata Morgana, j'existe en partie parce qu'il existe et il existe en partie parce que j'existe. Il y a des éléments de Fata Morgana en moi comme il y a des éléments de moi en Fata Morgana (je doute que lui les vois Smile Ou accepte ce que je dis là ). Nous nous influençons l'un l'autre en discutant, nous nous conditionnons l'un l'autre.

Tich Nhat Han explique que son maître lui a conseillé avant chaque méditation de dire/penser quelque chose comme :  comme je suis composé d'éléments non-moi, le Bouddha est composé d'éléments non-Bouddha, parmi les éléments qui me compose il y a des éléments Bouddha et parmi les éléments qui composent le Bouddha il y a des éléments de moi, je suis en le Bouddha et le Bouddha est en moi, nous sommes inter-dépendants.

Cela rappelle la vacuité/interdépendance de toutes choses et aussi que nous sommes tous potentiellement des Bouddha, il y a des "graines" de Bouddha en chacun de nous.


Dernière édition par En Quête le Mar 16 Fév - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
jolindien



Messages : 23
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: Transformer les émotions négatives 2   Mar 16 Fév - 9:59

Réunir les polarités pour toucher l'absolu...

Parfois des personnes que je connais à peine (une dame par exemple de 65-70 ans rencontrée dans la journée de Dimanche) s'ouvrent à moi et me parlent de ce qu'ils ont au fond d'eux, comme un secret qu'ils n'avaient pu jusque là s'avouer (à eux-même).
Je me contente alors d'être le miroir qui leur montre peut-être leur véritable nature
pour qu'ils s'aiment
enfin
Cela me demande peu de chose, mais cela peut-être beaucoup pour l'autre
Parfois il suffit d'une impulsion pour emprunter le bon chemin, celui qui mène à soi
mais s 'il part de soi...c'est qu'on est déjà au bon endroit, ce but.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En Quête
Admin
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 42
Localisation : Nanterre

MessageSujet: Re: Transformer les émotions négatives 2   Mar 16 Fév - 12:21

Réunir les polarités pour dépasser le concept de polarité qui est dual, dépasser la dualité, transcender, accéder à autre chose qui n'est même pas au dessus, mais qui englobe d'une certaine façon, c'est ce qu'a essayé de m'expliquer un des membres de l'association bouddhiste dans laquelle j'ai assisté à plusieurs cours.

Plusieurs fois quand je l'ai rencontré il dégageait un pétillement curieux dans les yeux, et un petit sourire, comme si à chaque instant on venait de lui susurrer un truc émouvant, joyeux, une bonne blague, pas assez forte pour le faire rire mais assez pour le rendre joyeux, c'était bizarre. Il n'était pas tout le temps comme ça mais je l'ai vu plusieurs fois ainsi. Je ne pense pas qu'il se droguait XD

Le concept de miroir... moi j'ai l'impression d'avoir la fâcheuse tendance à refléter le comportement des autres, mais pas le meilleur, j'ai tendance je le crains à absorber et à renvoyer des aspects d'eux mêmes qu'ils n'ont pas envie de voir. Je me laisse contaminer par la colère, la peur, des autres et je me comporte alors avec nervosité et agressivité. Evidemment l'autre lui pense que cela vient de moi, que c'est moi qui ne suis pas net, alors qu'il s'agit peut être de l'inverse, chose qui est bien sûre inacceptable pour eux. Ils n'accepte pas le fait que je puisse être nerveux et agressif parce que eux dégagent nervosité et agressivité. Refus d'accepter ses émotions négatives quand elles sont là. Refus de l'interdépendance.

Et l'inverse fut encore pire lors de l'emploi que je viens de quitter, que l'on m'a forcé à quitter d'ailleurs. Une des raisons de mon départ forcé, ce que m'a dit de manière très claire la directrice de l'établissement scolaire ou je travaillais : vous êtes l'exemple même du fait que l'Enfer est pavé de bonnes intentions, vous avec un comportement prosélyte dans votre bienveillance, ici vous êtes en ZEP, les enseignants, du fait du contexte peuvent être très "particuliers", brutaux entre eux, et je suis convaincu que si vous restez vous allez en souffrir, donc je ne souhaite plus que vous travaillez ici.

Je te passe les détails il y a eu bien d'autre choses de dites d'une violence inouï donc cette dame ne mesurait pas la portée, d'ailleurs elle m'a affirmé qu'elle était très gênée de devoir me dire de partir, cela l’embarrassait beaucoup. Je me dis aussi que peut être justement parce j'ai fait preuve d'un peu trop de sympathie, de bienveillance, que j'ai dégagé des qualités, que tous ces gens n'avaient plus, ils furent incapable de supporter ma présence. Car la directrice eu aussi la "délicatesse" de réunir toute l'équipe enseignante sans m'en parler un jour ou j'étais en arrêt maladie et la décision fut collective, elle même et 15 enseignants.

ette même directrice, affirmant agir avec bienveillance et éthique vis à vis de moi pour mon bien, a même eux la gentillesse de me dire que certains enseignants fuyaient la salle des professeurs quand j'y entrais, qu'il se sentaient mal à l'aise en ma présence, même si je ne disais rien. Il y a eu d'autres choses de dites aussi, d'une extraordinaire violence mais en me faisant presque toujours porter le chapeau, et en me disant que l'on faisait cela pour mon bien.

Étonnant non ? Smile On te montre la sortie entre autre pour "excès de bienveillance".
Cela en dis long sur l'état de souffrance dans lequel cette dame et ses collègues sont, ils ne sont même plus capable d'accepter et de profiter et d'être reconnaissants vis à vis de la gentillesse d'autrui. Et pourtant je n'ai pas le sentiment d'avoir fait beaucoup d’esbroufe.


Evidemment la semaine dernière fut extrêmement mal vécue par ma petite personne mais tout cela était "pour mon bien" n'est ce pas ? Smile Du moins c'est une version de l'histoire qui ménage la conscience des protagonistes coté employeur.

La pensée juste, la parole juste, l'acte juste dit le Bouddha. Si on réuni les 3 on a des chances de faire le bien. Vu la souffrance que cette situation à généré chez moi, rien n'était juste tout au long de la démarche de cette directrice. Elle même peut se leurrer tant qu'elle veut dessus. Ou même simuler l'embarras pour me faire gober la couleuvre.

Dans les 2 cas tout à une conséquence affirme le bouddhisme, donc elle aura un jour a affronter les conséquences de ses actes mais sans forcément comprendre pourquoi il lui arrive une telle souffrance qu'elle trouvera immérité alors que ce ne sera que la conséquence neutre et inévitable de ses actions. L'ignorance de la loi du karma mène à la souffrance car on ne fait pas attention aux conséquences de ses actes.

Le Bouddhisme est une spiritualité de la responsabilité totale sur ce point. Chacun est entièrement responsable de ses actes.


Je n'expliqué par cela pour qu'on me plaigne c'est simplement que ce que nous disons m'y fait penser. J'ai encore du mal parfois "résilier" comme on dit mon vécu de la semaine dernière, mais j'y travail. Cela ne remplis pas mon frigo mais cela m'a forcé douloureusement a faire un énorme travail du moi même. Je continue d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
jolindien



Messages : 23
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: Transformer les émotions négatives 2   Mar 16 Fév - 22:23

Tiens cela me fait penser à la proviseure adjointe a un conseil de classe dernièrement:
"il faut suivre la procédure, à partir de 3 rapports d'incident, il y a un exclusion de 1 jour...puis 3 jours, 1 semaine...et conseil de discipline"
le collègue à coté a cru s'étouffer...il y a des gamins qui ont 20, 30 rapports...
pas de conseil de discipline, aucun mec renvoyé

tu connais la maxime, une coincidence c'est du hasard
2 coincidences c'est bizarre
3 coincidences ou plus...

A partir d'un certain développement personnel on ne peut montrer sa véritable nature à tout le monde sans rejet.
Je peux être moi avec: 1 mec qui gère une licence d’aérospatiale dans le lycée, chercheur au cnrs, et j'en passe
la tenancière de la cafet (ou l'on se retrouve avec l'autre collègue),
un autre collègue prof au lycée.
Et quelques élèves, surtout deux très particuliers
les 2 dames du CDI

Sinon bof,
je peux même pas être moi avec la mère de ma fille (séparés, on est depuis 3 ans), elle me dit que ce que je dit c'est pour la juger ou me montrer supérieur;
Du coup je dirai plus rien.

Que veux-tu, si on touche un petit bout d'absolu on s'éloigne d'autant du relatif des hommes...
A mon insu (de mon plein gré?!)cela terrifie la plupart des hommes de sentir que leur personnalité est conditionnée et plus ou moins illusoire,
simplement ce que je suis, même sans chercher a aller dans ce biais.

Le problème c'est surtout que j'ai pas envie de faire semblant et de cautionner certaines choses
Comme on disait ailleurs affligé par les hommes et leurs souffrances
et ce qui en découle
et pourtant je ne les aime pas moins, ni ne les hais
pu...d'amour impersonnel
on ne peut jurer de rien sans être malpoli
dommage je serais brillant un autre jour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Transformer les émotions négatives 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Transformer les émotions négatives 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'EFT pour libérer les émotions négatives
» émotions positives et émotions négatives
» Comment gérer ses émotions (autrement que la bouffe!)
» Les dépressifs ont plus de difficulté à distinguer les différentes émotions négatives
» 10 distorsions cognitives qui entretiennent des émotions négatives (pour mieux comprendre le besoin d'une TCC)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dimensions et cultures du Bouddhisme :: Domaines :: Témoignages de votre pratique-
Sauter vers: