Dimensions et cultures du Bouddhisme

Connaissances et partages concernant le bouddhisme et ses dimensions (spiritualité, histoire, géographie, arts, architecture, langues...).
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La circumambulation : un vieille tradition trans-religieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En Quête
Admin
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 42
Localisation : Nanterre

MessageSujet: La circumambulation : un vieille tradition trans-religieuse   Mer 30 Aoû - 18:21

Circumambulation


La circumambulation (du latin circum ambulatio, c'est-à-dire « marche autour ») consiste à tourner autour d'un symbole ou à l'intérieur de celui-ci. C'est un rite que l'on retrouve dans de nombreuses religions et croyances.

Bouddhisme

Le mot sanskrit Pradakshina signifie faire le tour d'une statue de bouddha, d'un stupa ou d'un chörten tibétain, d'un temple ou encore d'un lieu de pèlerinage.

En signe de déférence, ces différents monuments doivent être contournés par la gauche, c'est-à-dire que la personne qui tourne autour d'eux les garde à sa droite. Il est possible d'obtenir du mérite en marchant ainsi autour des chörtens, en suivant de ce fait la route du soleil1.

Kora

Une Kora est une circumambulation autour d'un lieu géographique, un pèlerinage dans la tradition du bouddhisme tibétain. Certaines de ces circumambulations durent 18 jours, par exemple autour du Lac Namtso. Le Lingkhor est un circuit permettant de faire le tour d'une ville comme le Lingkhor de Lhassa. À l'intérieur de Lhassa, le barkhor faisait le tour du temple de Jokhang.

Il existe aussi des circumambulations autour de montagnes considérées comme sacrées, comme le mont Kailash2 ou l'Amnye Machen3 au Tibet.

Islam

Pèlerins lors de la circumambulation d'adieu autour de la Kaaba (2009).
Tawaf (aṭ-ṭawâf, en arabe: الطَواف), la circumambulation, désigne les sept tours effectués par les musulmans autour de la Kaaba, lors du pèlerinage (hajj) à La Mecque : ceux-ci sont indispensables et se font sept fois dans le sens antisolaire (sens inverse des aiguilles d'une montre), ce qui est rare dans les traditions ésotériques.


La circumbulation doit débuter à l'angle Sud-Est de la Ka′ba, où se trouve la Pierre noire (au sol, une bande de marbre noir indique la position de l'angle). À chaque tour, le pèlerin doit théoriquement toucher de la main droite ou embrasser la Pierre noire, en prononçant le takbîr (« Allah akbar »). Cependant en raison de la grande affluence, il est souvent impossible pour une majorité d'entre eux de s'approcher de la Ka'ba, ceux-ci doivent alors se contenter de tendre la main droite vers la pierre, tout en prononçant la formule du takbîr. Il est également conseillé pour les hommes d'effectuer les trois premiers tours d'un pas rapide, et de faire les quatre derniers à un rythme normal.

Après la circumambulation, le pèlerin doit se diriger à la « station d'Abraham » et prier une prière de deux unités, avant d'effectuer le rite du saʿīy entre les collines de Safâ et Marwah.

On conseille aussi aux pèlerins d'effectuer le tawaf deux fois plutôt qu'une : la première, dans le cadre normal du hajj, et la seconde, à titre personnel avant de quitter La Mecque.

Hindouisme

Couloir circulaire autour du temple d'Amrutesvara (Karnataka, Inde)
Les temples hindous comportent souvent un couloir circulaire appelé pradakshina qui permet de tourner autour de la statue de la divinité principale .


Ce couloir est utilisé par les fidèles pour une circumambulation du même nom. En effet, la structure des temples hindous reflète le passage de transition entre la vie quotidienne et la perfection spirituelle via un trajet avec des étapes. Une fois l'entrée du temple franchie, les fidèles tournent autour du sanctuaire le long de ce couloir. Puis ils s'approchent de ce sanctuaire où la divinité est conservée.

Ce couloir est aussi utilisé dans la démarche du parikrama qui consiste à tourner autour de la divinité principale, ou d'un groupe de temples après la cérémonie de culte de la puja.


Christianisme

Tour de Saint Barthélemy à Bousval, (Belgique) en 2011.
Dans l'Église orthodoxe, le jour de Pâques, les icônes et les croix de procession sont portées autour de l'église.

Dans l'Église catholique, toutes les églises abritant dans leur chœur le tombeau d'un saint ou des reliques renommées étaient construites avec un déambulatoire autour du chœur. Les pèlerins entraient dans l'édifice par la porte sud de la façade ouest, située à droite du portail principal quand on le regarde de l'extérieur. Ils avançaient dans le bas-côté sud puis parcouraient le déambulatoire dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, et ressortaient par le bas-côté nord et la porte nord de la façade principale.

De même l'encensement de l'autel dans le rite catholique se fait en tournant autour dans le sens des aiguilles d'une montre. En cas d'impossibilité, le prêtre commence par aller vers la droite, avant de revenir à gauche.

Certaines processions sont des circumambulations, tels que les tours ou les troménies.

Judaïsme

Lors de la fête de Souccot, les fidèles tournent une fois lors de l'office du matin autour de l'estrade de lecture de la Torah avec leur loulav (palme de dattier), en déclamant des poèmes liturgiques et sept fois le jour de Hoshanna Rabba, septième et dernier jour de la fête de Souccot.

Religions de l'Europe antique

Grèce antique

La circumambulation est un rite qui existait dans la religion grecque. Dans le rituel de la fête familiale des Amphidromies – dont le nom exprime l'idée de « tourner autour » –, fête qui célébrait à Athènes l'intégration du nouveau-né dans la famille, le moment essentiel était la course du nouveau-né autour du foyer familial, probablement porté par le père. Il semble bien que cette circumambulation autour du foyer était précédée, ou accompagnée, du dépôt de l'enfant à terre près du foyer et d'une autre circumambulation autour de l'enfant lui-même : « Les Amphidromies sont célébrées le dixième jour après la naissance, lorsqu'on impose aux enfants leur nom, tout en courant autour d'eux, déposés à terre. »

La circumambulation se manifestait aussi sous la forme des astydromies (tours de ville), dont le rôle était de constituer un encerclement magique et protecteur contre les ennemis extérieurs. Un bel exemple se trouve dans le récit légendaire du lion de Mélès, roi de Sardes, raconté par Hérodote.

Rome antique

La pratique de la circumambulation se rencontre dans la religion romaine. On peut citer la procession des Ambarvales, ce qui veut dire « [fête] autour des champs » ; cette cérémonie était un rite de purification des champs qui avait lieu au mois de mai, sous la conduite des Frères Arvales. La procession de l'Amburbium (ou Amburbalia, « [fête] autour de la Ville » ) faisait le tour de l'enceinte de Rome et avait pour fonction, comme chez les Grecs, de protéger la cité contre les agressions extérieures.

Ombriens

Le rituel ombrien des Tables eugubines mentionne une circumambulation.

Celtes

La circumambulation était connue des druides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
 
La circumambulation : un vieille tradition trans-religieuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mario Dumont rappel la tradition religieuse du Québec
» La liberté religieuse et la Tradition catholique Basile VALUET
» Récit du corpus biblique dans la tradition chrétienne
» Des Crânes déformés et une étrange tradition
» Une religieuse de Chicago "accompagnatrice" de femmes qui vont se faire avorter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dimensions et cultures du Bouddhisme :: Domaines :: Dialogue inter-religieux-
Sauter vers: