Dimensions et cultures du Bouddhisme

Connaissances et partages concernant le bouddhisme et ses dimensions (spiritualité, histoire, géographie, arts, architecture, langues...).
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les 10 tableaux de dressage du bœuf (ou du buffle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En Quête
Admin
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 42
Localisation : Nanterre

MessageSujet: Les 10 tableaux de dressage du bœuf (ou du buffle)   Jeu 12 Mai - 17:27

Je reprends ici une explication fournie sur 2 sites :

Que sont les Tableaux du Boeuf ?

Pour démontrer les péripéties inhérentes à la maîtrise de l'esprit, s'adressant à une population de pays à majorité paysanne, l'Enseignant a pris, pour développer son argumentation philosophiquement pragmatique et réaliste, le buffle, élément indispensable de la vie quotidienne à plusieurs points, tant celui de la traction de la charrue dans les rizières que celui du lait pour la femelle, celui du combustible pour la bouse, celui de la nourriture avec leur viande, celui du confort par l'utilisation de leur peau, soit en chapeau, manteau ou chaussures, etc.

Bien qu'il ait toutes les apparences d'une quiétude parfaite, le buffle subit un sérieux apprentissage avant que d'être conduit dans les rizières où, selon la configuration du lieu, souvent escarpé, il ne jouit que de peu de latitude pour se mouvoir. Imaginez le désastre, s'il paniquait pour un oui ou pour un non, puisque les rizières à flanc de montagne forment un réseau hydrologique très complexe et d'une seule pièce pour économiser l'eau qui les arrosent. Des générations de travail à la main, à l'eau, c'est le cas de dire !


Donc le premier apprentissage qu'un père dispense à son fils dans sa vie d'homme (souvent très jeune par nécessité) est celui du buffle (du bœuf, du zébu, du yak, etc.), car l'animal est en quelque sorte le garant de la nourriture que l'on obtient de la terre qu'il permet de cultiver. C'est un phénomène quasi universel dans les pays en voie de développement a forte prédominance agraire, que ce soit dans certains pays d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique centrale et du Sud, où l'usage d'un tracteur mécanisé est voué à l'échec vue l'exiguïté des terrains. Nous plongeons ici dans le cœur même de la transmission universelle de l'apprendre, du savoir et du faire.



Donc, pour illustrer concrètement l'ascension vers la maîtrise de l'esprit, maîtrise préludant à ou étant l'Illumination-Eveil, lui-même, l'iconographie chinoise a pris le buffle, le bœuf ou la vache, l'iconographie bouddhique, elle, a choisi, faute de vaches à dompter,  l'éléphant, sorte de "bonne à tout faire". Les exemples d'éléphants fous, parsemant jatakas, soutrâs et sastras, sont significatifs des dégâts qu'ils peuvent occasionner, malgré leur irréfutable, et normalement placide utilité, tout comme le mental chez l'être humain. Donc, "indispensabilité" impérative de ce dressage.





1 : A la recherche du boeuf

Perdu dans la forêt, effrayé par la jungle, il cherche le Bœuf qu’il ne trouve pas.
Le long des larges rivières sombres et sans nom, dans d’épais fourrés de montagne, il suit de nombreux sentiers.
Las, le coeur lourd, il poursuit sa recherche de cette chose qu’il ne peut encore trouver.
Le soir, il entend les cigales craqueter dans les arbres.


L’homme erre de-ci de-là, sans savoir ce qu’il cherche. Il s’agit du stade où l’on n’a pas encore entrepris sa quête spirituelle et où l’on se sent mal à l’aise et insatisfait.




2 : La découverte d'empreintes

Il a vu d’innombrables empreintes de pas dans la forêt et au bord de l’eau.
Voit-il là-bas l’herbe foulée ?
Même les plus profondes gorges des plus hautes montagnes ne peuvent cacher le museau de ce Boeuf qui se dresse vers le ciel.


Il s’agit de l’étape où l’on décide d’affronter l’insatisfaction. On cherche une réponse. On se tourne vers la philosophie et la psychologie. On entend parler de la méditation et du bouddhisme.
On se contente de lectures sur le sujet. On intègre peu à peu ces idées mais on n’en applique pas les principes. Alors, il se produit peu de changements. On continue à éprouver les mêmes souffrances et suivre le même schéma négatif.





3 : Le boeuf est aperçu

Un rossignol chante sur une branche, le soleil brille sur les saules frissonnants.
Voici le bœuf, où pouvait-il se cacher?
Cette tête splendide, ces cornes imposantes, quel artiste pourrait les peindre ?


A ce stade, on décide finalement de passer à l’action. On n’est pas totalement sûr de la meilleure méthode à suivre, ni de ce qu’il faut faire. On finit par essayer la méditation et, après être resté assis un moment, on découvre le calme. On se rend compte que c’est à sa portée et que ça fait du bien.





4 : La capture du bœuf

Il doit saisir fortement la corde et ne pas la lâcher, car le bœuf a encore des tendances malsaines.
Tantôt il fonce vers les hauteurs, tantôt il flâne dans un ravin brumeux.


La capture du bœuf n’a guère posé de difficulté. En revanche, il aura fallu que le bouvier déploie beaucoup d’énergie et de force pour le maintenir. De même, s’il n’est guère difficile de s’asseoir en suivant une méthode, le respect des instructions requiert, à la longue, de la détermination et une grande force de caractère.





5 : Le dressage du bœuf

Il doit tenir fermement la corde et ne pas permettre au Bœuf de vagabonder, faute de quoi il pourrait s’enfuir vers des refuges boueux.
Bien gardé, il devient propre et gentil,
Et suit de bon gré son maître, sans être à l’attache.


S’il a fallu s’accrocher pour pratiquer assidûment pendant un temps, la méditation devient ensuite plus facile. On se sent plus à l’aise dans la position assise. On parvient à rester assis sans ressentir d’impatience. On est davantage présent et on peut se concentrer durant un certain temps. On est plus calme et plus lucide, ce qui aide au quotidien.
Mais il faut encore de la détermination et de la discipline pour lutter contre la distraction




6 : Le retour à la maison sur le dos du bœuf

Libre comme l’air sur le dos du Bœuf, il rentre gaiement à la maison dans le brouillard du soir, avec son grand chapeau de paille et sa cape.
Où qu’il aille, une brise fraîche l’accompagne, tandis que dans son cœur règne une profonde tranquillité.
Ce Bœuf na pas besoin d’un seul brin d’herbe.


Plus on avance dans la pratique, plus on se rend compte qu’elle est source de joie et de créativité. En se libérant progressivement de ses attachements qui engendraient tant de tensions, on sent jaillir le rire à l’intérieur de soi. On commence à se prendre moins au sérieux et à jouir davantage de la vie, car on s’ouvre à son caractère changeant.




7 : Le bœuf oublié et le bouvier seul

C’est seulement sur le Boeuf qu’il a été capable de rentrer chez lui.
Mais voici que le Bœuf a disparu, et l’homme reste seul et serein.
Le soleil rouge brille haut dans le ciel, tandis qu’il rêve paisiblement.
Et là, sous le toit de chaume, son fouet et sa corde ne servent plus à rien.


Jusqu’ici on avait le sentiment d’avoir quelque chose à faire, une pratique à suivre. Il existait une séparation entre soi et la pratique. Ce dualisme séparait le spirituel du non-spirituel. A ce stade, on fusionne avec la pratique. Ce n’est plus une activité particulière. Elle ne se cantonne plus à la position assise sur un coussin posé dans une pièce particulière. Tout devient méditation.




8 : Le boeuf et le soi sont dépassés

Forêt, corde, Bœuf et homme appartiennent au Vide.
Si vaste et infini est le ciel d’azur qu’aucun concept, quel qu’il soit, ne peut l’atteindre.
Un flocon de neige ne peut survivre sur un feu ardent.
Lorsque cet état d’esprit est atteint, enfin vient la compréhension de l’esprit des anciens patriarches.


Auparavant, lorsqu’on avait fusionné avec la pratique, il y avait encore l’idée du “moi”, du “je” qui pratiquait. Jusque-là, la notion de soi était très présente. Maintenant, elle aussi a disparu.
On se rend compte que rien ne nous appartient véritablement, qu’on ne peut s’en préoccuper que le temps qu’il dure. On prend également conscience de l’absence d’un noyau identitaire distinct. Ce qui nous compose est un faisceau de conditions.

Toute chose est le fruit de conditions en constant changement. Il n’y a pas de destination à atteindre, rien à quoi s’accrocher. Admettre qu’il est impossible de s’accrocher à quoi que ce soit, apporte une grande libération.




9 : Le retour à la source

Il est retourné à l’Origine, revenu à la Source, mais c’est en vain qu’il a marché.
C’est comme si, à présent, il était aveugle et sourd.
Assis dans sa hutte, il n’aspire plus aux choses extérieures.
Les rivières serpentent d’elles-mêmes, les fleurs rouges sont naturellement rouges.


La pratique ne s’arrête pas à la vacuité. Si on s’attache à la vacuité, on risque d’aboutir à la séparation et à l’isolement. Il faut poursuivre, retourner dans le monde où “s’étant oublié soi, on est éveillé par toute chose”. On saisit l’interdépendance dans laquelle toute vie prend sa source.

La vie conserve son caractère ordinaire. Cependant, on porte sur elle un regard différent. On n’est plus simplement à la surface des choses, on perçoit la relation intime qui nous unit à toute chose, sans que l’on s’y attache ni qu’on la rejette. On n’est plus prisonnier de soi; on est totalement ouvert au monde. On n’est plus effrayé, mai au contraire euphorique.




10 : Le monde au quotidien

Poitrine nue, pieds nus, il arrive sur la place du marché.
Couvert de boue et de poussière, il sourit largement.
Sans recourir à des pouvoirs surnaturels, il fait fleurir soudain des arbres morts.

Cette dernière étape marque la libération, la sagesse et la compassion. On ne s’encombre plus des apparences.
La méditation et l’éveil ne rendent pas passif, mais actif. On entretient des liens étroits avec le monde, on ressent sa souffrance et on souhaite y répondre pour l’aider. On est rempli de joie, de compassion, de compréhension, de bienveillance, de sagesse et de moyens habiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
 
Les 10 tableaux de dressage du bœuf (ou du buffle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 10 tableaux de la quête du Buffle
» le dressage du taureau en 10 tableaux
» Tableaux scolaires
» Mes tableaux
» 4 tableaux de l'Apocalypse commentés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dimensions et cultures du Bouddhisme :: Domaines :: Histoire du Bouddha Shakyamuni et du Bouddhisme :: Les Grands Courants du Bouddhisme Contemporain :: Zen / Chan / Zeu / Dhyana / Jhana-
Sauter vers: