Dimensions et cultures du Bouddhisme

Connaissances et partages concernant le bouddhisme et ses dimensions (spiritualité, histoire, géographie, arts, architecture, langues...).
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Définition tirée du site de la Sangha Triratna (Paris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En Quête
Admin
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 42
Localisation : Nanterre

MessageSujet: Définition tirée du site de la Sangha Triratna (Paris)   Lun 7 Mar - 13:33

Centre Bouddhiste Triratna, paris :

La conditionnalité.

La conditionnalité est le cœur de l'enseignement du Bouddha. Les bouddhistes l'appellent la coproduction conditionnée (pratitya-samutpada en sanskrit) ; c'est le fait que tout - de l'univers aux états d'esprit - apparaît en dépendance de conditions, et cesse quand les conditions cessent.

Cette coproduction conditionnée n'est pas un concept, une construction intellectuelle. Nous pouvons tous en faire l'expérience, à chaque instant - considérez par exemple l'infinité de conditions qui ont mené au fait que vous lisiez ces lignes - de l'évolution biologique à l'invention de l'électricité, de la rencontre des grands-parents du rédacteur aux raisons de votre intérêt pour le bouddhisme… Pour avoir une compréhension plus profonde et intuitive de la coproduction conditionnée, cependant, la contemplation de cette vérité en méditation est nécessaire.

Et l'on voit que ce n'est pas qu'une question de conditionnalité, mais aussi d'interdépendance, d'interrelation entre toutes choses.

De la conditionnalité découlent les trois caractéristiques de l'existence (lakshanas) :

L'impermanence (anitya). Rien n'est permanent, puisque tout dépend de conditions. Tout est transitoire, tout est fluide, tout est changeant.

Le non-soi (anatman). Rien n'existe indépendamment du reste, rien n'a d'existence fixe et immuable ou d'existence en soi, tout est flux.

L'insatisfaction (dukkha, souvent traduite par « souffrance »). Nous cherchons la sécurité dans des choses qui sont impermanentes - et qui forcément nous décevront un jour, ne serait-ce que parce qu'elles disparaîtront.

Mais la conditionnalité n'est pas une chose aussi négative que ces trois caractéristiques peuvent en donner l'impression : l'impermanence est aussi la promesse du changement décidé, la possibilité de la croissance spirituelle, de l'avancée vers l'Éveil.

La coproduction conditionnée est présentée de nombreuses façons dans les écritures bouddhiques, implicitement et explicitement. Traditionnellement, elle s'exprime au travers d'un verset en pâli souvent récité dans les pays bouddhistes orientaux :

imasmim sati, idam hoti ;
imassuppâdâ, idam uppajjati.
Imasmim asati, idam na hoti ;
imassâ nirodha, idam nirujjhati.


Que l'on peut traduire par :

Ceci étant, cela devient ;
Ceci apparaissant, cela naît.
Ceci n'étant pas, cela ne devient pas ;
Ceci cessant, cela cesse [de naître]
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
 
Définition tirée du site de la Sangha Triratna (Paris)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Certificat d'anglais
» Site géographique
» Coloration ? J'hésite
» Définition et rôle du Héraut
» Définition Espece invasive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dimensions et cultures du Bouddhisme :: Domaines :: Spiritualité : le dharma (enseignement) du Bouddha Shakyamuni :: La Conditionnalité-
Sauter vers: