Dimensions et cultures du Bouddhisme

Connaissances et partages concernant le bouddhisme et ses dimensions (spiritualité, histoire, géographie, arts, architecture, langues...).
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Expliquée par Dilgo Kyentsé Rinpotché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En Quête
Admin
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 42
Localisation : Nanterre

MessageSujet: Expliquée par Dilgo Kyentsé Rinpotché   Ven 29 Jan - 20:18

Article publié sur le site de Matthieu Ricard :

La vacuité

Publié le 25 novembre 2011

Dilgo Khyentsé Rinpotché, l'un des plus grands maîtres tibétains du XX è siècle aborde le concept bouddhiste de la vacuité:


Lorsqu'un arc-en-ciel apparaît, lumineux dans le ciel, vous pouvez contempler ses belles couleurs, mais vous ne pouvez l'attraper et le porter comme un vêtement. L'arc-en-ciel naît de la conjonction de différents facteurs, mais rien en lui ne peut être saisi. Il en va de même pour les pensées. Elles se manifestent dans l'esprit, mais elles sont dépourvues de réalité tangible ou de solidité intrinsèque. Aucune raison logique ne justifie donc que les pensées — qui sont insubstantielles — disposent de tant de pouvoir sur vous, aucune raison pour que vous en soyez l'esclave.


L'infinie succession de pensées passées, présentes et futures, nous conduit à penser qu'il existe quelque chose qui serait là de manière inhérente et permanente. Nous appelons cela l'esprit. Mais en fait, les pensées passées sont aussi mortes que des cadavres, et les pensées futures ne sont pas encore survenues. Alors, comment ces deux catégories de pensées qui n'existent pas pourraient-elles constituer une entité qui, elle, serait existante ? Et comment la pensée présente pourrait-elle s'appuyer sur deux choses inexistantes ?


Cependant, la vacuité des pensées n'est pas simplement du vide, comme on pourrait le dire de l'espace. Il y a là, présente, une conscience spontanée, une clarté comparable à celle du soleil qui éclaire les paysages et permet de voir les montagnes, les chemins et les précipices.


Bien que l'esprit soit doué de cette conscience intrinsèque, affirmer qu'il y a un esprit, c'est apposer l'étiquette de réalité sur quelque chose qui n'en a pas, c'est énoncer l'existence d'une chose qui n'est qu'un nom donné à une succession d'événements. On peut appeler ‟collier ”l'objet constitué par des perles enfilées, mais ce ‟ collier ” n'est pas une entité douée d'une existence intrinsèque. Quand le fil casse, où est le collier ?



Dilgo Khyentsé Rinpotché, Au coeur de la compassion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
jolindien



Messages : 23
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: Expliquée par Dilgo Kyentsé Rinpotché   Sam 30 Jan - 9:57

voir la beauté de toute chose suppose qu'on n'y pense pas
Imaginer la beauté, donc la voir avec l'esprit, ce n'est pas la voir
c'est voir le désir de sa beauté
et oublier de regarder en soi
Mais s'il faut comprendre la vacuité pour pouvoir la ressentir, c'est alors avec cette conscience spontanée, j'aime à la nommer conscience du coeur,
celle ci arrive à prendre par la main ses consœurs pour être une toutes, toutes une.
Elle y arrive d'un point de vue intérieur
elle y arrive d'un point de vue extérieur
L'amour impersonnel en est la conséquence et la cause

Merci, d'avoir exposé ce texte ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En Quête
Admin
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 42
Localisation : Nanterre

MessageSujet: Re: Expliquée par Dilgo Kyentsé Rinpotché   Dim 31 Jan - 7:57

Cela nécessite du temps pour vraiment lire attentivement ce que tu as écris, et pour, éventuellement, y répondre comme il faut Smile

Par contre j'allais aussi te remercier parce que (preuve de l'interdépendance de tout) ce que tu disais sur ta pratique assez brève dans sa forme, a du faire son chemin dans ma tête car j'ai simplifié considérablement la mienne concernant les émotions négatives dont j'ai parlé. Je n'ai plus réduit cela qu'a une seule question a chaque fois que me vient une émotion négative : d'ou viens tu ?

Et comme il n'y a aucun lieu en moi, localisé, qui produise cette émotion, je n'arrive pas à savoir d'ou elle vient, cela a tendance à lui ôter beaucoup de sa force sur moi, comme si cela la faisait fuir, ou la dissipait un peu. Cela dissipe l'illusion de l'emprise qu'elle a sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
jolindien



Messages : 23
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: Expliquée par Dilgo Kyentsé Rinpotché   Dim 31 Jan - 15:29

Peut-être que l'émotion négative n'est plus générée par toi, tu captes celles extérieures...tu peux soit l'accepter, soit la dissiper alors
Perso comme je génère presque plus de pensée négatives, les émotions que je crée ne peuvent pas s'en nourrir, donc je peux supposer (seulement) que cela provient de l’extérieur

dans l'échange on progresse ensemble
l'interdépendance serait donc une belle
mais pas aussi belle que le ensemble!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Expliquée par Dilgo Kyentsé Rinpotché   

Revenir en haut Aller en bas
 
Expliquée par Dilgo Kyentsé Rinpotché
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les cent conseils de Dilgo Kyentsé Rinpotché !
» Extrait sur les Bodhisattva - Gyétrul Jigmé Norbu Rinpoché
» Corps, parole et esprit !
» Enseignement: A l'écoute des pensées - par Dilgo Kyentsé Rinpoché
» Citation de Dilgo Khyentsé Rinpoché

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dimensions et cultures du Bouddhisme :: Domaines :: Spiritualité : le dharma (enseignement) du Bouddha Shakyamuni :: La Vacuité-
Sauter vers: