Dimensions et cultures du Bouddhisme

Connaissances et partages concernant le bouddhisme et ses dimensions (spiritualité, histoire, géographie, arts, architecture, langues...).
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Théologie Négative : un autre point de convergence ? (au niveau de la méthode)

Aller en bas 
AuteurMessage
En Quête
Admin
avatar

Messages : 233
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 43
Localisation : Nanterre

MessageSujet: La Théologie Négative : un autre point de convergence ? (au niveau de la méthode)   Dim 29 Juil - 17:19

Définition issu du site du journal Le Parisien :


La théologie négative est une approche de la théologie qui consiste à insister plus sur ce que Dieu n’est pas que sur ce que Dieu est. Cette théologie peut sembler paradoxale puisque Dieu dit de lui-même : « Je suis celui qui est ».

La théologie négative peut être développée de deux façons :

- par négation (démarche apophatique, du grec apophasis: négation)

ou

- par abstraction (méthode aphairétique, du grec, aphairesis : abstraction ).


L'apophatisme est une démarche intellectuelle par laquelle toute idée que l'on se fait de la divinité se voit démasquée dans son inadéquation à délimiter ce qui est sans limite. Par exemple, l’affirmation : « Dieu existe », ne peut se concevoir en théologie négative. Pas plus que : « Dieu est miséricordieux ».


L’expression de la transcendance s’exprime uniquement par des propositions négatives et par un recours à l’abstraction, et ultimement par le silence car même une proposition d'apparence négative est une affirmation concernant l'indicible sur lequel rien ne peut être affirmé*. Dire que « Dieu n'est pas miséricordieux » est, in fine, une affirmation toute aussi positive que d'affirmer que « Dieu est miséricordieux », puisque Dieu n'est ni miséricordieux, ni ne l'est pas. La démarche apophatique vise l'expérience directe de l'absolu par l'abolition de toute adhérence intellectuelle aux concepts.



Michel de Certeau


Autrement dit, cette démarche vise sa propre négation, sa propre fin dans l'éveil spirituel. Patrick Royannais cite "La faiblesse de croire" de Michel de Certeau : « Un événement est impliqué partout, mais « saisi » nulle part. Jésus est l'Autre (...) IL ne peut être l'objet possédé.» et commente : « Ce que l'on croit n'est pas vérifiable, manipulable, réductible à un objet de connaissance dont on pourrait faire le tour (...) On comprend que le langage apophatique soit particulièrement adapté, puisque l'affirmation est facilement solidaire de certitudes vérifiées. Ce langage n'est pas réservé à la mystique ou alors tour croire est mystique.»


Ce mode de pensée puise son origine dans la philosophie antique. On le retrouve dans la pensée théologique chrétienne ainsi que dans certains courants philosophiques modernes qui se sont intéressés aux formes du langage. La théologie négative chrétienne apparaît clairement pour la première fois chez Pseudo-Denys l'Aréopagite qui fait des emprunts à Damascius, philosophe néoplatonicien anti-chrétien. On retrouve ces mêmes influences dans le soufisme. L'extrême-orient a développé à sa façon, et ce bien avant l'Occident, une théologie apophatique qui s'exprime dans le bouddhisme, le taoisme, l'hindouisme et bien d'autres traditions.


"Là, dans la théologie affirmative, notre discours descendait du supérieur à l'inférieur puis il allait s'élargissant au fur et à mesure de sa descente; mais maintenant que nous remontons de l'inférieur jusqu'au Transcendant, notre discours se réduit à proportion de notre montée. Arrivés au terme nous serons totalement muets et entièrement unis à l'Indicible."


Pseudo-Denys l'Aréopagite, De la théologie mystique.


Le concept d’abstraction est présent dans l’Antiquité, à la fois dans la tradition péripatéticienne et dans celle de l’Académie. Il s’agit d’une opération intellectuelle intuitive qui prétend séparer dans les formes l’essentiel du non-essentiel. Cette forme de soustraction, les Anciens l’appliquent d’abord à la mathématique pour définir la surface par retranchement du volume, la ligne par retranchement de la superficie et ainsi de proche en proche jusqu'à l’unité primordiale. En étendant ce concept à la logique, le prédicat attribut du sujet et le sujet lui-même se présentent comme une somme : la négation du prédicat est assimilée au retranchement et l’opération intellectuelle abstraite de séparation apparaît comme une opération négative.


Une telle démarche ressortit foncièrement à l’idéalisme dans la mesure où la connaissance remonte, par soustraction et négation, de la réalité tangible à la réalité invisible, de l’immanent au transcendant. Elle présente à la fois un côté négatif, l’opération de retranchement, et un côté positif, la perception intuitive des réalités supérieures. L’abstraction se présente comme une démarche ontologique qui permet d’atteindre les formes supérieures de la connaissance.
----



Le laïc Vimalakirti



*Pour information :
Le Sutra de Vimalakirti, un des sutras bouddhiques du courant Mahayana (ou Véhicule des Bodhisattvas) qui développe le thème de la vacuité non-dualité, est un discours explicatif et sous forme de dialogue qui se termine dans un échange entre laïc Vimalakirti et le Bodhisattva Mahasattva Manjusri (seul capable d'égalé la puissance de compréhension de Vimalakirti sur la vacuité/non-dualité) par le "silence qui dit tout".

La pratique bouddhique applique la même méthode pour décrire l'Eveil. Fondamentalement c'est une expérience inexprimable en mots et concepts intellectuels, qui ne peut s'enseigner par des mots, se transmettre par des paroles, c'est pourquoi le bouddhisme en général préfère dire tout ce que l'Eveil n'est pas. Par exemple c'est : la cessation de toutes les illusions, la cessation de toute ignorance, la cessation de toute souffrance, de toute peur, la cessation de la croyance en un "moi" individuel indépendant, la "sortie" du cycle des renaissances. Parfois on dit aussi que c'est un état de joie, de sérénité mais dans le sens de non-souffrance et non-trouble.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
 
La Théologie Négative : un autre point de convergence ? (au niveau de la méthode)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cae/cui et paie négative
» Vidéo-reportage : "L'intervention militaire en Libye, un autre point de vue" !
» Théologie négative
» Après Steve JOBS, Dennis RITCHIE, l'autre génie en informatique également mort en octobre 2011
» Doute point de vue Ruban Moucheté URGENT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dimensions et cultures du Bouddhisme :: Domaines :: Dialogue inter-religieux-
Sauter vers: