Dimensions et cultures du Bouddhisme

Connaissances et partages concernant le bouddhisme et ses dimensions (spiritualité, histoire, géographie, arts, architecture, langues...).
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bouddha et Brahma - d'après un livre sur la vie du Bouddha de 1926

Aller en bas 
AuteurMessage
En Quête
Admin
avatar

Messages : 233
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 43
Localisation : Nanterre

MessageSujet: Bouddha et Brahma - d'après un livre sur la vie du Bouddha de 1926   Ven 27 Juil - 19:49

Le Bouddha en en vint à se demander comment il propagerait la science ; et il songea :

« J'ai découvert une vérité profonde ; elle était difficile à voir ; elle sera difficile à comprendre : seuls, les sages y réussiront. Dans le tourbillon du monde s'agitent les hommes, les hommes se plaisent dans le tourbillon du monde. Comment comprendront-ils la suite des effets et des causes ? Comment comprendront-ils la loi ? Ils ne parviendront pas à tuer en eux le désir ; ils ne se détacheront pas de plaisirs de la terre ; ils n'entreront pas dans le nirvâna. Je prêcherais la doctrine, on ne me comprendra pas : m'écoutera-t-on, même ? A quoi bon révéler aux hommes la vérité que j'ai conquise par de rudes combats ? La vérité reste cachée à ceux que dominent le désir et la haine. La vérité est pénible à atteindre ; elle es mystérieuse. L'esprit grossier ne la saisit point. Celui-là ne peut pas la voir qui est en proie aux désirs terrestres, celui-là dont l'esprit erre dans les ténèbres ».

Le Bienheureux inclinait à ne pas prêcher la doctrine.

Alors Brahmâ sut, par la force de sa pensée, quels étaient les doutes du Bienheureux. Il s'effraya :

« Le monde est perdu, se disait-il, le monde périra, si l'être parfait, l'être saint, le Bouddha reste en repos et ne va pas parmi les hommes, prêchant la doctrine et propageant la science. »


Et il quitta le ciel. Il mit à gagner la terre le même temps qu'un homme fort met à tendre ou à ployer le bras, et il se trouva devant le Bienheureux. En signe de vénération, il découvrit une de ses épaules, il s'agenouilla, il haussa vers le Bienheureux ses mains unies, et il parla :

« Daigne, ô Maître, enseigner la science, daigne, ô Bienheureux, enseigner la science. Il est des êtres purs ; la boue terrestre ne les a pas souillés ; mais, si la science ne leur est pas enseignée, comment feront-ils leur salut ? Ceux-là, il faut qu'ils soient sauvés : sauve-les ! Ils t'écouteront, ils seront tes disciples. »


Ainsi parlait Brahmâ. Le Bienheureux gardait le silence. Brahmâ reprit :

« Jusqu'ici une loi mauvaise a régné sur la terre. Elle induit les hommes à pécher. C'est à toi qu'il appartient de l'abolir. O sage, ouvre-nous la porte de l'éternité ; dis-nous ce que tu as découvert, ô sauveur ! Tu es celui qui a gravi a montagne ; tu es debout, sur la cime rocheuse, et tu contemples, au loin, tout le peuple des hommes. Daigne avoir pitié, ô sauveur ; regarde les races misérables, et qui souffrent la dure nécessité de la naissance et de la vieillesse. Marche, héros victorieux, marche ! Va par le monde, sois le guide, sois la lumière. Parle, enseigne : ils seront nombreux, ceux qui comprendront ta parole. »

Et le Bienheureux répondit :

« Profonde, en vérité, est la loi que j'ai établie ; elle est subtile, elle est difficile à comprendre, elle échappe au raisonnement vulgaire. Le monde la raillera ; seuls, quelques sages, peut-être, en pénétreront le sens, et résoudront de s'y soumettre. Si je me mets en route, si je parle à qui ne m'entend pas, je risque la pire défaite. Je resterai ici, Brahmâ ; les hommes sont le jeu de l'ignorance ».

Mais Brahmâ parla encore :

« Tu as atteint la sagesse sublime, tes rayons ont illuminé l'espace, et tu restes indifférent, ô soleil ! Non, cette conduite est indigne de toi ; ton silence est coupable ; il faut que tu le rompes. Lève-toi ! Bats le tambour, sonne le gong, allume le grand flambeau de la loi ! Que, pluie rafraîchissante, la loi abreuve la terre ; délivre ceux que le mal tourmente, calme ceux que brûle un feu corrupteur ! Toi seul, astre parmi les hommes, toi seul peut supprimer la naissance et la mort. Et, tu le vois, je suis à tes pieds, qui t'implore ; et tous les Dieux t'implorent avec moi ! »

Alors le Bienheureux pensa :

« Dans un étang, parmi les lotus, bleus ou blancs, qui fleurissent, il en est qui restent sous les eaux ; d'autres montent jusqu’à la surface ; d'autres enfin émergent et s'élèvent si haut que leurs corolles ne sont pas même mouillées. Et voici que, dans le monde, j'aperçois des êtres purs et des êtres impurs ; les uns sont vifs d'esprit et les autres sont lents ; les uns sont nobles, les autres vils ; les uns me comprendront, les autres ne me comprendront pas ; j'aurai pitié de tous. Je regarderai le lotus qui s'ouvre sous les eaux , comme le lotus dont émerge la fleur splendide ».

Et il dit à Brahmâ :

« Que s'ouvre à tous la porte de l'éternité ! Que celui qui a des oreilles entende la parole et croie ! Je songeais à mes fatigues futures, et je craignais qu'elles ne fussent vaines. Mais la pitié l'emporte. Je me lève, ô Brahmâ, et je dirai la loi aux créatures. »


Extrait : la vie du Bouddha d'après les Textes de l'Inde Ancienne A.-Ferdinand Herold, édition de l'Art 1926, réédité  en 1993 par les Éditions du Dharma.


Qui est :


Brahmā (devanāgarī : ब्रह्मा) est le dieu créateur-démiurge de l'hindouisme, le premier membre de la Trimūrti, la trinité des déités hindoues majeures. Les autres membres sont Vishnou et Shiva. Sarasvatī est sa shakti, son énergie, son épouse. Sa monture vāhana est un hamsa, une oie ou un cygne. Sa couleur est le rouge. Il n'est pas mentionné dans les Veda, mais seulement à partir des Brāhmaṇa3, et il est très présent dans le Mahābhārata, le Rāmāyaṇa et les Purāṇa. C'est une personnification de la notion abstraite de brahman.

Brahmā intervient seulement de façon occasionnelle dans les affaires des dieux, et encore plus rarement dans celles des mortels. Il est considéré comme le père de Dharma et Atri. Brahmā vit à Brahmapura (en), une cité située sur le mont Meru.

Sa vie dure 36 000 de ses jours (cent de ses années), chacun d'eux valant environ 8,64 milliards d'années des mortels (voir Mesure védique du temps). Brahmā est un agent du Brahman, le « Soi Suprême » de l'hindouisme.

Ce dieu est un deus otiosus : bien qu'étant le Créateur de toutes les créatures vivantes, il n'y a que quelques temples lui étant totalement dédiés, à Pushkar au Rajasthan, à Kumbakonam, à Thirupattur et Pondichéry au Tamil Nadu5, et à Thirunavaya au Kerala6, ainsi que le temple d'Angkor Vat au Cambodge.

Dans le canon bouddhique, Brahmā apparaît dans plusieurs récits comme un personnage important.
(wikipédia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dietcubou.forumactif.org
 
Bouddha et Brahma - d'après un livre sur la vie du Bouddha de 1926
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enseignement du Bouddha ( livre)
» question peut être déjà posée mais existe t il un livre bouddhiste
» Prendre refuge dans le Bouddha
» « la Vie après la vie » - Docteur Raymond Moody
» L’octuple sentier, de la sagesse à la discipline (1 et 2/2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dimensions et cultures du Bouddhisme :: Domaines :: Histoire du Bouddha Shakyamuni et du Bouddhisme :: La vie du Bouddha Shakyamuni-
Sauter vers: